Ce qui nous lie, de Samantha Bailly

_20160315_143129

« Ça passe ou ça casse » m’avait-on dit lorsque j’ai décidé de lire « Ce qui nous lie » de Samantha Bailly. Et pour moi, ce sera finalement un peu des deux !

Cela fait un bon moment que je souhaitais découvrir un livre de Samantha Bailly. Auteur très présente sur les réseaux sociaux, elle a un public fervent parmi les blogueurs et booktubeurs et chacun de ses romans semble receler un petit quelque chose qui fait que son public est conquis.

Samantha Bailly écrit principalement du contemporain (amitié et romance), mais s’est également essayée à la Fantasy à travers le cycle « Oraisons » par exemple (qui me tente bien je dois l’avouer), au thriller et même aux contes.

« Ce qui nous lie » est une romance publiée chez Milady. Ceux qui me connaissent un peu doivent se dire : « Mais pourquoi s’est-elle lancée dans la lecture d’une romance pour découvrir cet auteur, elle qui n’apprécie pas tellement ce genre ? ». C’est exactement la question que je me suis posée, à vrai dire … mais une fois que j’ai refermé le livre !

De quoi ça parle ?

« Ce qui nous lie » nous narre l’histoire d’une jeune femme : Alice. Alice est une personne solitaire. Depuis le décès de sa grand-mère, elle voit les liens entre personnes : ils se matérialisent sous la forme de longs filaments argentés qui joignent deux personnes. Les filaments sont plus ou moins épais selon la force du lien et reflètent l’attachement affectif.

En début de roman, nous rencontrons l’héroïne à un tournant de sa vie. En effet, jusqu’à maintenant, elle s’est servie de son « don » pour confondre les maris infidèles et les « dénoncer » auprès de leur femme. Elle aspire toutefois à changer de vie, à trouver un « vrai » travail.

Elle va donc intégrer un cabinet de recrutement, et c’est là qu’elle va tomber sur une « anomalie ». Face à Raphaël, son supérieur, son don est inefficace : aucun lien ne semble le lier aux autres. Mais pourquoi ? C’est le début d’une relation toute particulière.

_20160315_143217

Alice est un personnage avec lequel j’ai eu énormément de mal à accrocher. Je la trouvais très (trop) catégorique sur de nombreux aléas de la vie. En gros, si elle a le droit de se plaindre, ce n’est pas le cas des autres, et cela m’a énormément exaspéré. Elle ne partait donc pas avec un grand capital sympathie et ça ne s’est malheureusement pas arrangé au fur et à mesure du récit.

Raphaël, quant à lui, m’a plu au départ et c’est avec le temps qu’il s’est mis à m’agacer. Macho, manipulateur, « ne sait pas ce qu’il veut ». Bref, tout à fait le genre d’homme que je fuirais comme la peste !

Et l’écriture dans tout ça ?

C’est une très bonne surprise. En effet, autant l’histoire m’a laissée perplexe, autant j’ai trouvé la plume de Samantha Bailly très douce et poétique.

_20160315_143540

Le livre en lui-même est découpé en chapitres qui s’intéressent au passé, au présent et au futur d’Alice. J’ai bien apprécié cette façon d’avoir découpé le roman, je trouve cela assez original.

Qu’est-ce que j’en dis ?

La romance ne m’a pas vraiment transportée. Mon aversion grandissante pour les personnages principaux n’a, certes, pas dû beaucoup aider. Peut-être également que, n’ayant pas l’habitude de lire ce type de roman, je n’étais pas habituée aux codes du genre.

Je regrette également que l’aspect « don » d’Alice n’ait pas été plus développé. Finalement, on ne sait ni d’où il vient, ni comment il fonctionne. Certes, il s’agissait avant tout d’une romance, mais j’avais bon espoir que le côté fantastique et mystérieux soit un peu plus marqué.

« Ce qui nous lie » est tout de même une lecture globalement agréable. Cette sensation tient avant tout à la qualité d’écriture de l’auteur plutôt qu’à l’histoire en elle-même.

3/5

Almonds02Almonds02Almonds02

Advertisements

12 réflexions sur “Ce qui nous lie, de Samantha Bailly

  1. J’ai lu pas mal de chroniques sur ce livre, apparemment il divise. Beaucoup parlent de l’absence du don tout au long du livre, c’est dommage de faire tout un « foin » autour de ce don pour ne plus l’aborder ou peu ensuite… C’est vraiment ce qui me freine. Avec ta chronique partagée, tu me fais hésiter aussi, mais je n’irai certainement pas l’acheter… à l’emprunt à la limite. 🙂

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s