La Fille du train, de Paula Hawkins

la-fille-du-train

Ça passe ou ça casse me suis-je dit en m’attaquant à ce thriller sur ma liseuse. « La Fille du train » de Paula Hawkins, c’est un phénomène : des ventes faramineuses, des lecteurs complètement sous le charme ou totalement désappointés, et très récemment, la sortie d’un film adapté du roman.

De quoi ça parle ?

Tout commence avec Rachel, une femme dévastée par son divorce, la perte de son emploi et qui se réfugie, pour oublier tout cela, dans l’alcool. Tous les jours, elle prend le train pour aller travailler, ou plutôt pour donner le change et faire croire à son entourage que tout va bien. Et chaque jour, inlassablement, le train s’arrête à un feu et là, à travers la fenêtre, elle observe un jeune couple qui vit dans une de ces maisons qui jouxtent la voie ferrée. Pour elle, c’est un peu le couple idéal : beaux, amoureux, avec une belle maison. Bref le parangon du bonheur, selon elle qui a tout perdu il y a peu.

Jusqu’au jour où elle voit la femme de ce couple idyllique dans son jardin embrasser un autre homme que son conjoint. Elle est complètement abasourdie quand elle découvre peu de temps après dans les journaux que la femme qu’elle observe quotidiennement s’appelle Megan Hipwell et qu’elle a disparu.

Dès lors Rachel se retrouve face à un dilemme, doit-elle parler de ce qu’elle a vu ? Une enquête et une quête de soi commence alors pour Rachel.

ODR9T70.jpg
Source : Designed by Bedneyimages – Freepik.com

Rachel n’est pas un personnage attachant de part son apparence ou son comportement. Elle est décrite comme se laissant aller, sans arrêt imbibée par l’alcool quel que soit l’horaire, et peu fiable. Et pourtant, c’est un personnage principal qui tient la route curieusement. Pivot initial de cette histoire qui commence comme un banal fait divers, elle va nous emporter dans ses spéculations, ses errements, ses problèmes et finalement ce sont ses fêlures, son caractère imparfait bien plus proche de la vie réelle que du comportement stéréotypé de certains personnages de fiction, qui fait que Rachel est en quelque sorte attendrissante.

Et l’écriture dans tout ça ?

Comme tout bon thriller qui se respecte, le style est loin d’être alambiqué, plutôt direct même s’il est plutôt introspectif. En effet, on suit l’histoire du point de vue des différents personnages comme si nous étions dans leur esprit. Cela a posé des soucis à certains lecteurs qui lui ont reproché son rythme plus lent qu’un thriller traditionnel, avec moins d’actions, mais surtout qui ont trouvé qu’il est peu aisé de savoir ce qui est réel ou pas, vu la fiabilité incertaine de certains personnages.

296548.jpg-c_300_300_x-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg
Source : Allo Ciné

Pour ma part, c’est justement ce point que j’ai le plus apprécié dans le roman, et-ce au-delà de l’intrigue, du côté finalement un peu racoleur-sensationnel de la disparition de Megan et de l’enquête policière qui se met en place.

Qu’est-ce que j’en pense ?

« La Fille du train » c’est finalement l’histoire de trois femmes. Celle de Megan tout d’abord, qui un beau jour disparait. Celle ensuite de Rachel, la fameuse « Fille du train », qui détient peut-être un indice crucial pour retrouver Megan. Et enfin celle de Anna, la nouvelle femme de Tom, l’ex-mari de Rachel.

Ces trois femmes sont toutes en nuances, ni saintes, ni démones, elles se débattent avec les erreurs passées, leurs incohérences, et leurs peurs.

L’intrigue n’a rien d’exceptionnel mais c’est plutôt sa façon de la mener et de l’amener à son terme qui fait l’originalité de ce livre.

Le récit nous emmène ainsi au-delà des façades comme si nous pénétrions l’intimité de ces belles maisons que l’on voit défiler lors d’un trajet en voiture ou en train. « La Fille du train » nous rappelle ainsi que, si de l’extérieur la vie des autres semble idyllique, elle recouvre parfois une réalité beaucoup plus malsaine et cruelle.

« La Fille du train » n’est pas le roman de l’année (2015 puisque cela fait déjà plus d’un an qu’il est sorti !), ni un chef d’œuvre du genre mais il renouvelle assez efficacement le schéma narratif du thriller tout en surfant sur la voie royale qui s’est ouverte depuis quelques années pour les thrillers psychologiques.

Je vous conseille ce roman si vous êtes un aficionado du genre ou si tout simplement vous souhaitez découvrir les thrillers. Pas de gore, pas de sang, tout se fait par suggestion.

4/5

Almonds02Almonds02Almonds02Almonds02

Publicités

4 réflexions sur “La Fille du train, de Paula Hawkins

    • J’aimerais beaucoup voir le film oui ! Histoire de confronter ma vision des personnages livresques avec celle du film. C’est vrai que le début peut-être un peu poussif mais je trouve qu’une fois qu’on a accroché aux personnages principaux, on passe un bon moment. Bonne lecture en tout cas !

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s