Sapiens : Une brève histoire de l’humanité, de Yuval Noah Harari

Je me suis toujours intéressée aux questionnements sur l’apparition de l’homme sur terre, nos ancêtres hominidés, l’apparition de l’humanité telle qu’on la connaît. J’avais guetté avec impatience l’arrivée à ma bibliothèque de l’ouvrage de Yuval Noah Harari car ce n’est pas n’importe quel ouvrage.

20161026_094000.jpg

« Sapiens » nous propose de remonter le temps pour comprendre comment homo sapiens (notre espèce d’hominidés) a assis sa domination sur la planète et s’est développé.

De quoi ça parle ?

L’auteur de cet essai nous emmène dans une ballade historique de l’âge de pierre à notre futur car ce n’est pas seulement l’hégémonie d’homo sapiens dont il va traiter mais aussi notre rapport à la religion, au pouvoir, à la science, au bonheur. Et quand je dis « notre », il se place bien au niveau de l’espèce dans son ensemble par-delà les clivages culturels, religieux, administratifs et nationaux.

Se posent alors de multiples questions auxquelles ce livre va tenter de répondre comme : comment sommes-nous arrivé à dépendre de l’argent ? Pourquoi avons-nous créé les concepts de religion, de droits de l’homme et des nations ?

Vous l’aurez compris, cet ouvrage est non seulement historique mais il a aussi un pied dans la philosophie. Il va également s’appuyer sur la biologie mais aussi l’économie. Je peux néanmoins tout de suite vous rassurer, pas de longs discours nébuleux ici. C’est à nous que l’auteur s’adresse et il a mis les moyens pour être compris de tous, sans pour autant nous infantiliser, ce qui est appréciable !

20161027_090543

Le sous-titre du livre : « Une brève histoire de l’humanité » résume à lui-même le challenge que l’auteur a tenté de relever. Donner à voir, à comprendre et à questionner notre histoire en la regardant, non pas à travers ses évènements marquants mais à travers ses prises de consciences, ses grandes étapes spirituelles et de développement. Et tout ça dans un seul livre, certes dense (plus de 400 pages), mais finalement bien synthétique par rapport à d’autres ouvrages destinés à un lectorat plus expert.

Et l’écriture dans tout ça ?

« Sapiens » c’est un peu la vulgarisation scientifique ultime : Yuval Noah Harari a su mixer propos érudits et documentés, exemples parlants et judicieux (aussi bien écrits que visuels) et touche d’humour voire de provocation.

Le livre est découpé en différents chapitres chronologiques qui abordent une thématique bien précise : la révolution cognitive, la révolution agricole,  l’unification de l’humanité…

20161027_090605

L’auteur nous montre, nous explique, mais surtout nous interpelle. Que pense-t-on de ce phénomène ? Pourquoi en est-on arrivés là ? Qu’est-ce qui joue pour nous à ce moment-là ?

Sa petite touche de provocation est là pour nous faire réagir et nous oblige à être actif en étant amusé, outré, en colère,… On est loin de l’ouvrage scientifique dans lequel on reste passif et qui nous amène à ingurgiter des quantités d’informations sans aucune prise de recul.

Toutefois, ne nous le cachons pas, « Sapiens » est tout de même exigeant dans certains chapitres. Selon votre culture, vos affinités, vous aurez peut-être plus de mal avec tel ou tel concept et la lecture sera donc moins fluide à certains moments. Mais là encore, l’auteur a su tirer son épingle du jeu et sait récupérer le lecteur avec brio après un paragraphe très conceptuel par exemple.

Qu’est-ce que j’en pense ?

« Sapiens » est une lecture passionnante ! Comme tout essai, notre capacité à apprécier ou non cet ouvrage va reposer, entre autres, sur notre adhésion ou non à la thèse développée et supportée par l’auteur.

Ici, Yuval Noah Harari pose le principe de coopération comme principe fondateur et explicatif du règne d’homo sapiens, mais qui ne peut se réaliser que parce que homo sapiens a la capacité à imaginer, à croire en des choses qui ne sont pas palpables (argent, droits, religions…) et qui va rassembler ses membres.

Je dois dire que sa thèse m’a séduite car elle ne rejette pas, mais au contraire rassemble. L’auteur laisse également de grandes marges de manœuvres pour que tout à chacun puisse se positionner par rapport à celle-ci.

J’avais essentiellement voulu lire cet essai pour la partie sur la « Révolution cognitive », mais les autres parties sont également bien documentées, je suis donc allée au bout sans m’en rendre compte et sans difficulté !

Je ne peux que vous conseiller cet ouvrage érudit, accessible et diablement instructif ! C’est presque un coup de cœur, presque car certaines parties sont à mon goût moins abouties que d’autres, ce qui n’enlève toutefois rien à la pertinence et au caractère ambitieux de ce récit.

5/5

Almonds02Almonds02Almonds02Almonds02Almonds02

A savoir : ce livre a reçu le Prix littéraire du savoir et de la recherche en 2015.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s