Là où tombent les anges, de Charlotte Bousquet

Craquer pour l’objet livre, ça vous arrive souvent ? Moi très souvent, et « Là où tombent les anges », édité chez Gulf Stream, ne déroge pas à cette règle ! Une couverture poétique, une tranche peinte en bleue, une histoire d’amour un peu particulière sur fond de première guerre mondiale et hop le livre était dans mon sac !

20160824_122748.jpg

Vous aurez sans doute noté la tendance des éditeurs actuellement à colorer les tranches des livres côté pages, pratique inspirée des tranches peintes, qui était déjà courante à l’ère victorienne.

Si vous avez des ouvrages anciens dans votre bibliothèque, et spécialement de langue anglaise, vous pourriez tomber sur une petite surprise de ce type :

De quoi ça parle ?

Revenons à nos écrits. « Là où tombent les anges » nous raconte l’histoire de Solange, jeune femme assez effacée, peut-être un peu fleur bleue mais surtout très naïve, qui a fui son village natal pour échapper à un père violent. Arrivée à Paris, elle y retrouve une amie : Lili. Lili est l’opposé de Solange, pour elle la vie est une fête perpétuelle entrecoupée d’histoires et d’amourettes d’un soir. Solange a bien du mal à complètement intégrer le mode de vie de Lili.

Solange tente pourtant de se faire une place dans cette vie parisienne tumultueuse. Ayant décroché un petit job de couturière, elle se lie d’amitié avec une des ses collègues : Clémence, une jeune femme douce, travailleuse et un peu rêveuse.

L’histoire aurait pu s’arrêter là et nous aurions pu suivre doucettement la vie de ces trois jeunes femmes dans le Paris des années 1900. Mais la vie de Solange bascule lorsqu’elle fait la rencontre d’un homme quelque peu austère, banquier de son état qui l’intrigue beaucoup.

De fil en aiguille, la voici mariée à celui-ci. Au départ plutôt contente d’avoir su s’assurer un avenir et une certaine stabilité affective, Solange déchante très vite. Robert son mari, est un homme manipulateur, castrateur voire violent.

20160824_122614

Heureusement, un salut provisoire vient avec le départ de son mari pour le front : la guerre a commencé.

L’histoire va ensuite s’attarder sur ces trois personnages féminins. Que vont-elle devenir durant la guerre ? Comment Solange va-t-elle se sortir de ce mariage ?

Et l’écriture dans tout ça ?

J’ai été emportée par la prose de Charlotte Bousquet. Les mots sont précis comme sertis dans un écrin. Rien n’est superflu, tout est à sa place mais pour autant l’écriture n’en est pas réduite à son côté clinique ou froid. Il émane de l’écriture de l’auteur une chaleur bienvenue quand il s’agit de traiter de la guerre et de ses horreurs.

Récit à trois voix, il n’en reste pas moins que Solange est avant tout l’héroïne de cette histoire et notamment sa relation malsaine avec Robert.

20160824_122640

Les personnages secondaires sont également bien développés par l’auteur et loin de jouer les figurants apportent un réel plus au récit : par exemple Blanche, jeune femme aisée qui accueille chez elle les plus grands intellectuels de l’époque (si vous avez déjà souhaité rencontrer Marcel Proust, c’est chez elle qu’il faut être !) mais aussi la tante de Robert : Emma, acariâtre, malade mais qui va construire peu à peu un lien spécial avec Solange.

Qu’est-ce que j’en pense ?

Les trois personnages féminins sont attachants à leur manière. J’ai apprécié le côté discret de Solange, le côté fleur bleue de Clémence et le côté libéré de Lili. Mais chacune doit aussi composer, et le lecteur avec elle, avec un côté plus sombre : l’incapacité de Solange à prendre le taureau par les cornes, l’angoisse de Clémence et le manque de maturité pour Lili.

Les pages défilent sans qu’on s’explique comment. Le livre fait naître en nous une gamme de sentiments très différents face aux réactions ou aux actions menées par les trois protagonistes. Que l’on approuve ou pas leurs choix, on est embarqué avec elles dans l’histoire.

20160824_122723

« Là où tombent les anges » possède également un aspect doux et reposant ce qui peut paraître curieux lorsqu’un livre aborde le thème de la guerre et de la douleur. Solange, Lili et Clémence sont en fait des personnages résilients qui nous permettent de toujours garder espoir. C’est pour moi le message principal de ce livre.

Je vous conseille ce roman si vous souhaitez découvrir le quotidien de jeunes femmes durant la première guerre mondiale sans pour autant vous lancer dans un récit très documenté sur cette période qui peut s’avérer très complexe.

4/5

Almonds02Almonds02Almonds02Almonds02

Publicités

2 réflexions sur “Là où tombent les anges, de Charlotte Bousquet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s